Le hakama ! Mais qu’est ce que c’est ?

Le hakama  袴

Hakama.
Hakama.

Un vêtement masculin ou féminin?

Ce pantalon traditionnel japonais était, originellement, porté aussi bien par les femmes que par les hommes. Le hakama perdit progressivement son caractère unisexe à partir de la fin de l’ère Edo (1603 à 1868 ap. J.-C.). A titre d’exemple, au début de l’ère Meiji (1868 à 1912 ap. J.-C.), en dehors des hommes, les hakama ne sont plus portés que par les femmes professeurs et les étudiantes.

Au XIXème siècle, le Hakama devient essentiellement un vêtement masculin.
S’il est aujourd’hui uniquement porté par les hommes, il existe  cependant deux exceptions. Ces exceptions s’expliquent évidemment par l’origine historiquement unisexe du Hakama. Ainsi, les femmes pratiquants les arts martiaux (kendô, aïkidô, kenjutsu et jiu jitsu) sont autorisées à porter ce vêtement. Il est encore porté par les servantes des sanctuaires shintô (miko) et à de très rares occasions lors de la cérémonie du thé dont je vous ferai un article dans quelques jours.

Présentation des Hakama.

Le Hakama (袴) est un large pantalon, fendu aux côtés, présentant cinq plis à l’avant et un au dos. A la suite de cet article je vous indiquerai la signification des 5 + 1 plis.

Il est possible de diviser les hakama en deux grandes familles. Les « gyōtō hakama » (行灯袴) et les « umanori » (馬乗). Leurs apparences sont semblables mais les seconds sont fendus en leur milieu. Indifféremment composé de soie (pour les cérémonies), de coton ou de polyester (pour les arts martiaux), sa couleur est généralement foncée (bleu foncé, noir).

Les « miko » (servantes des sanctuaires shintô) arborent un hakama d’un joli rouge orangé.

 2 Miko avec hakama orangé
2 Miko avec hakama orangé

Les hakama de couleur blanc sont portés par les prêtres shintô et sont tolérés dans certains arts martiaux.

Les hakama des serviteurs du temple (masculin) sont de couleur vertes. Les hakama se portent par dessus le kimono.

Hakama vert.
Hakama vert.

L’entretien de le Hakama est particulièrement difficile et nécessite une grande rigueur lors du pliage. (Retrouvez le pliage à la fin de l’article)

Pour les arts martiaux on favorise aujourd’hui les hakama en polyester plus léger et tout aussi résistant que les hakama de coton. Ils sont portés pour la pratique du kendô, kyûdô, aïkidô, kenjutsu et du jiu jitsu.

Les hakama disparus.
« Nubakama » ou « Sashinuki »: Hakama utilisé durant la période de Kamakura (1185 à 1333 ap. J.-C.). Ce vêtement recouvrait les pieds et était attaché par un lacet aux chevilles qui en accentuait ainsi l’effet « bouffant ». Ce qui est bien plus pratique dans la vie quotidienne.


« Nagabakama »: (nagai : long) long hakama porté avec une veste sans manche et aux larges épaules (kataginu), le tout, formant un costume appelé kamishimo. Le Kamishimo a été porté à partir du XVe siècle par les guerriers japonais.

nagabakama
Nagabakama

Les hakama actuels

Voici quelques photos de hakama, il en existe en de nombreuses matières et textures.

Voici un hakama de femme

Hakama porté par une femme, il se porte assez haut sous les seins.

Voici un Hakama de fête et son petit sac de rangement.

Hakama de cérémonie
Sac de rangement ou de transport du hakama.
Sac de rangement ou de transport du hakama.

un hakama d’arts martiaux :

Hakama.

Symbolique des plis du Hakama

    Les sept plis représentent les sept vertus que doit posséder le samouraï :

– jin (bienveillance, générosité),

– gi (honneur, justice),

– rei (courtoisie, étiquette),

– chi (sagesse, intelligence),

– shin (sincérité),

– chu (loyauté)

– kō (piété).

    Nous retrouvons ces qualités chez le samouraï. Le Hakama nous incite à refléter la vraie nature du bushido. Le port du Hakama symbolise les traditions qui se sont perpétuées de génération en génération. « L’Aïkido étant issu de l’esprit du bushido, nous devons nous efforcer dans notre pratique de polir les sept vertus traditionnelles. » – Morihei Ueshiba
 (Le bushido est le code des principes moraux que les samouraïs japonais étaient tenus d’observer – Wikipédia)

JIN 仁 : bienveillance, générosité
.

Kanji de l’homme et du 2 : 2 hommes ou un homme face à un autre homme. donc au sens plus large, la relation, l’autre; soi et l’autre. Nous.

En aikido, le « nous » est aussi symbolisé par le AI : harmonie. JIN  suppose une attitude pleine d’attention pour autrui, sans considération d’origine, d’âge, de sexe, d’opinion ou de handicap. faire attention à l’autre comme à soi.

GI  義 : honneur, justice
.

Le sens de l’honneur passe par le respect de soi et des autres. C’est être fidèle à sa parole, à ses engagements et à son idéal.

REI (lei) 礼 : courtoisie, étiquette.


La politesse n’est que l’expression de l’intérêt sincère porté à autrui, quelle que soit sa position sociale, au travers de gestes et d’attitudes pleins de respect. Le cérémonial et l’étiquette font partie de l’extériorisation de la politesse.

CHI ( tchi) 智 : sagesse, intelligence
.

La sagesse est synonyme d’aptitude à discerner en tous lieux et en toutes choses le positif et le négatif, à n’accorder aux choses et aux évènements que l’importance qu’ils ont, sans être aveuglé ni se départir sa sérénité.

SHIN  信 : sincérité.


La sincérité est impérative dans la pratique d’un art martial et aussi dans ce que vous faites en général : sans elle, la pratique n’est que simulation et mensonge, tant pour soi-même que pour les autres.

CHU (tchū) 忠 : loyauté
.

Il comporte le kanji du coeur 心. Une valeur en voie de disparition dans notre société contemporaine, alors même que cette valeur est le ciment indéfectible de nos disciplines martiales. Le Budoka s’engage à une fidélité totale et à un respect loyal des règles internes à son école.

KOH (ko) 孝 : piété.


La piété s’entend ici dans le sens de respect profond et authentique des bases des pratiques martiales, bases techniques, spirituelles, historiques, philosophiques.

Quand vous plierez votre hakama, vous ne penserez pas à toutes ces significations tant vous serez très très concentrés à tenter de ranger bien correctement les plis, le retourner sans tout défaire de l’autre côté et ensuite vous atteler à tenter de faire une très jolie tresse pour terminer en pliage en beauté…

A propos Véronique

ENSEIGNANTE D'AIKIDO
Cet article a été publié dans Infos. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s